Cheminement différent...

Lorsqu'on nous a annoncé que Mélina était dyspraxique, on a été sous le choc. Longtemps.

Oui, ça faisait du sens. Oui, ça expliquait bien des choses. Oui, enfin, on avait des réponses.
Mais tout ça était aussi très inconnu.

Depuis, nos réflexions changent, face à la dyspraxie de Mélina.
Au départ, tout était simili expliqué par son handicap. Puis, on est revenus à penser que malgré son trouble, elle était AUSSI une petite fille de 5 ans avec sa propre personnalité.
Oui, les crises pouvaient être expliquées par sa dyspraxie, mais elles n'étaient tout de même pas acceptables, pour ne nommer que cela.

On jongle, entre les méthodes normales de discipline et d'éducation et les méthodes adaptées à son trouble et ses différentes caractéristiques. On jongle également entre l'état de fatigue et celui d'entière collaboration de Mélina, entre sa spontanéité mais aussi, ses grands excès. Entre sa bonne humeur et son irritabilité, qui cohabitent 24h sur 24, chacun prêt à laisser sa place à l'autre sans pré-avertissement!!

Dans tout notre cheminement, on réussit parfois. On échoue aussi parfois. On essaie, on recommence, on essaie différemment, on revient avec des vieilles méthodes, on en essaie des nouvelles, on stagne avec une qui, on le croit, finira par faire son chemin...
Une idée nous est passée par la tête, il y a quelques mois. Suite à une discussion avec l'ergothérapeute face à l'avenir scolaire de Mélina.

Cette idée, c'est l'école à la maison.
Comble de bonheur, la belle-famille a été mise au courant et supporte notre projet. L'idée vient de Chéri et serait assumée par Moi-même, et parfois aussi par Chéri.

Notre motivation se résume presqu'uniquement en une seule chose. Préserver la motivation et l'estime de soi de notre doudoune. Elle est travaillante. Très. En un à un, elle travaille fort, ne baisse que rarement les bras, se félicite de ses progrès, est fière de les partager avec nous. Avant longtemps, elle sera confrontée froidement à l'échec et à la comparaison, ainsi que fort probablement, aux remarques des autres enfants. Au départ, anodines, mais qui finiront rapidement par se transformer en moqueries, en remarques désobligeantes, possiblement même en rejet.
Plusieurs enfants sont rejetés sans caractéristique particulière ou sans handicap. Mais on est conscients que Mélina y est plus fragile. Et que sans sa motivation presqu'inébranlable, elle cessera de travailler si fort. Et si elle baisse les bras, le retard s'accumulera très rapidement.

Le but de l'école, c'est de préparer les enfants à la vie d'adulte, entre autres. Encore faut-il y être capable d'apprendre la base. 
Pour l'instant, nous avons décidé de tenter la maternelle. L'école nous dit "non, pas d'accompagnement". L'ergothérapeute nous dit "oh oui, il lui en faut". Quand on finit par parler de "si", on nous dit "entre 3 et 5 heures par semaines".
Personne n'a jamais pensé que même les routines entre les périodes pour Mélina seraient difficiles. Que même la récréation serait un obstacle. Que dîner au service de garde, prendre l'autobus, organiser son pupitre et gérer ses devoirs seraient gigantesques!

On attend impatiemment la rencontre pour le plan d'intervention. Mais notre porte de sortie est entrouverte. Et on y plongera à pieds joints à la moindre hésitation.

6 comments:

Isabelle 13 avril 2009 à 12 h 59  

J'ai très hâte de voir ce que les premiers jours d'école nous réserveront. Je souhaite que tu puisses avoir une belle rencontre pour le plan d'intervention.

Cherry 13 avril 2009 à 14 h 57  

Je vous appuie à 100% ;)

Coccinelle 13 avril 2009 à 15 h 14  

Je suis sûre que juste le fait d'avoir toute sa famille derrière elle est un bon pas dans la bonne direction pour votre grande.

Je lis votre blogue depuis longtemps et j'adore les couleurs de celui-ci!

Bravo pour votre magnifique travail

Coccinelle

Morgane 15 avril 2009 à 06 h 38  

Oh quelle belle idée, j'ai failli faire l'école à la maison pour ma fille (trouble de comportement, Tourette, TDA, Anxiété, dyslexie, tu vois le genre), mais cela nous fut déconseillé par Ste-Justice, à cause de son caractère asocial qui devait s'assouplir.

Ce qui fut fait :-)

Mais je te suggère ce site, excellente ressource en ce qui concerne l'apprentissage des mathématiques - et l'auteur envoie (trop génial) gratuitement des activités en lien avec le programme de formation des écoles au Québec. Tout simplement génial !!!!

Défi Mathématiques, de R. Lyons.
http://www.defimath.ca/

Les mêmes créateurs que Logik, Architek et Mystero - trois jeux EXCELLENTS pour les enfants jusqu'en première année ! Pour ta petite dyspraxique, architek pourrait présenter des défis adaptés et gradués !

(J'ai aussi de bonnes références en français, si nécessaire)

Bonne continuation

My Life 16 avril 2009 à 23 h 32  

Je suis tout à fait d'accord avec toi. Nous aussi avons fait un cheminement très fort pour calmer ses crises et maintenant, même si ce n'est pas tous les jours facile, nous arrivons à contourner cela, sans pour autant le laisser faire/croire que de cette manière il peut tout obtenir. Hier nous avons eu une équipe éducative à l'école de Yoan pour voir les solutions a lui apporter au sein de la classe. Et pour la rentrée un PAI DYS sera réalisé.

Courage, nos enfants sont formidables et tout aussi capable que les autres mais de manière différente. A bientôt

Anonyme 6 février 2010 à 13 h 58  

Je n'ai pas lu tout le blogue, alors il me manque probablement des informations, mais la commission scolaire ne vous a pas offert la possibilité d'une maternelle langage? Mon fils est dyspraxique et fréquente une maternelle langage, très adaptée à ses besoins et son ryhtme.

Publier un commentaire

À propos...

Le quotidien d'une superbe fillette différente. Dyspraxie, syndrôme frontal, trouble déficitaire de l'attention avec impulsivité et trouble anxieux.
Pour vous prouver que la perfection n'est pas là où on la croit!

Blog commun sur la dyspraxie

Abonnés

Ma liste de blogues